Nerf sciatique et grossesse

Nerf sciatique et grossesse

Vous en êtes à votre 8ième mois de grossesse et tous ne cessent de vous répéter de bien profiter de ces derniers moments ô combien magiques et merveilleux de votre grossesse.  Mais pour vous, ces moments n’ont plus rien de magique et de merveilleux.  Vous avez l’impression de peser une tonne, d’avoir le bassin qui veut se séparer en deux pour laisser passer bébé. La douleur au niveau du bas du dos et de votre fesse ne vous laisse que peu de repos, elle descend même jusque dans votre mollet.  Mais que ce passe-t-il ? Que faire ?

La sciatalgie, une affection qui se traduit par une douleur sur le trajet du nerf sciatique, est l’un des malaises physiques les plus fréquents de la grossesse1. Elle peut survenir à tout moment au cours de la grossesse, mais elle est plus fréquente au cours du dernier trimestre.

Le nerf sciatique est le plus gros et le plus long nerf du corps humain et nous en avons un de chaque côté du corps. Il est constitué des racines nerveuses de la région lombaire basse et du sacrum (L4, L5, S1, S2, S3) qui se rencontrent dans la fesse avant de descendre tout le long de la partie arrière de la cuisse et sur le coté de la jambe, jusqu’à la cheville.

Une sciatalgie est une irritation de ce nerf qui peut provoquer de la douleur à n’importe quelle partie de ce dernier. Plusieurs causes peuvent entrainer une irritation du nerf sciatique : une hernie discale, l’inflammation des articulations des dernières vertèbres lombaires, un débalancement des articulations du bassin, des spasmes musculaires, etc.  Cependant, lors de la grossesse, plusieurs cas de sciatalgie sont causées par les articulations sacro-iliaques (celles qui unissent les os du bassin à la colonne vertébrale) ainsi que les muscles qui supportent celles-ci.

Au cours de la grossesse, le corps sécrète une hormone, la relaxine, qui a pour but d’augmenter l’élasticité des articulations afin de préparer le bassin à s’élargir lors du passage du bébé pendant l’accouchement. Ce relâchement, combiné à l’augmentation du poids du bébé, favorise l’étirement des articulations sacro-iliaques. Cette distension peut être asymétrique et incidemment, elle peut entraîner un débalancement des articulations. Le coté où l’articulation est davantage étirée est la plus susceptible de provoquer une inflammation, ce qui peut générer une douleur locale à la fesse et même une douleur diffuse derrière la cuisse1.

Les muscles qui traversent l’articulation sacro-iliaque, eux, se contractent afin de stabiliser cette dernière. Si la tension musculaire devient excessive, le nerf sciatique peut être comprimé, puisqu’il se situe sous ces muscles2.  Les nerfs étant très sensibles à la compression, c’est généralement suffisant pour provoquer de la douleur sur tout le trajet du nerf.

De plus, la prise de poids, particulièrement au niveau du ventre, crée des changements posturaux importants.  Notamment, le centre de gravité se trouve déplacé vers l’avant et la lordose (le creux) lombaire est augmentée.  Ces changements, combinés avec, encore une fois, l’action de la relaxine, peuvent favoriser une diminution de la mobilité normale des vertèbres lombaires, un étirement excessif des muscles et ligaments lombaires et même provoquer ou exacerber une hernie discale. Toutes ces situations sont susceptibles de provoquer de la douleur au dos et de créer une irritation du nerf sciatique ou de l’une des racines nerveuses le composant.

Soulager…

Afin de prévenir l’apparition de ces douleurs, il est préférable d’éviter le port de talons hauts pendant la grossesse et de ne pas s’asseoir les jambes croisées.  Votre chiropraticien vous recommandera des postures de sommeil adéquates, notamment, l’utilisation d’un coussin pour espacer vos genoux lorsque vous dormez sur le côté pourrait vous être suggérée.

Le chiropraticien effectuera un examen chiropratique, neurologique et orthopédique afin de déterminer l’indication des soins.  Ensuite, par ses traitements, il pourra vous aider à prévenir et à soulager ce mal en s’assurant que les os du bassin soient bien alignés et en favorisant une mobilité plus symétrique des articulations sacro-iliaques, en corrigeant les subluxations des vertèbres lombaires en aidant à détendre les muscles spasmés et ligaments étirés. Ces corrections auront pour but de rétablir la mécanique normale du bassin et de la colonne lombaire et de réduire ou éliminer les facteurs causant l’irritation du nerf sciatique1,3.

Quand le nerf sciatique fait des siennes, il faut cependant s’armer de patience. Même si les soins chiropratiques sont souvent très efficaces pour soulager la douleur sciatique, celle-ci est souvent récurrente, ce qui peut nécessiter un suivi régulier pour prévenir sa réapparition ou soulager les récidives.

Références :

1.  Fallon, Joan, Orthopedic and neurological conditions of pregnancy and chiropractic management of care, ICA review, jan/feb 1993.

2. Jonathan S. Kirschner, Patrick M. Foye et Jeffrey L. Cole, « Piriformis syndrome, diagnosis and treatment », dans Muscle & Nerve, vol. 40, no 1, 2009, p. 10-18

3. Lisi, Anthony J., Chiropractic spinal manipulation for low back pain of pregnancy: a retrospective case series, Journal of midwifery & women’s health, vol 51, no 1, 2006.