Oreiller pour enfant, est-ce nécessaire? Quand et quoi choisir?

Oreiller pour enfant, est-ce nécessaire? Quand et quoi choisir?

Adulte, on passe le tiers de notre vie à dormir. On sait que les enfants dorment encore plus. Imaginez tout ce temps passé en mauvaise posture sur un oreiller mal adapté ! Voici quelques informations pour remédier à la situation et faciliter l’introduction de l’oreiller chez l’enfant.
Les recommandations sont variées et mitigées à cet effet. Par exemple, l’utilisation d’oreiller est fréquente chez les nouveaux nés de 3 mois en Asie. Cette pratique est beaucoup moins répandue ici car les études occidentales l’ont associé à des risques de syndrome de mort-subite du nourrisson . Chez les nouveau-nés, les gros oreillers mous présentent en effet un risque d’étouffement. Cette même étude avance l’hypothèse qu’un petit oreiller en forme de beigne pourrait éviter l’enfant de rouler sur les côtés et ainsi diminuer les risques de suffocation. Cette forme de support à la tête pourrait aussi avoir un impact sur prévention de la plagiocéphalie positionnelle (aplatissement du crâne de l’enfant) mais aucune évidence scientifique valable de vient confirmer ces allégations pour l’instant. C’est l’ensemble de ces considérations qui mène à la conclusion que vers 2 ans il semble être adéquat qu’un enfant commence à utiliser un oreiller. Plusieurs cliniciens et parents rapportent aussi que vers cet âge, bon nombre d’enfants se mettent à utiliser peluches ou couvertures à titre « d’oreiller » de leur propre initiative, cela pourrait être interprété comme un signe qu’ils sont prêts à son introduction.
Le but de l’oreiller est de garder une position de la tête optimale par rapport au reste du corps. Le premier oreiller aura tendance à être mince pour respecter la constitution de l’enfant. Normalement, il doit combler la courbe cervicale lorsque couché sur le dos et l’espace entre la tête et les épaules en position latérale. La position ventrale est déconseillée car elle positionne la tête et le cou en rotation, ce qui provoque des tensions musculaires ainsi qu’une asymétrie et un stress postural au niveau de la colonne vertébrale. Comme les enfants ont tendance à bouger beaucoup la nuit, un oreiller mince permet le meilleur compromis : un bon soutien dans les bonnes postures et des impacts négatifs limités lors d’un sommeil plus agité. Il se peut qu’une période d’adaptation soit nécessaire avant que l’enfant profite d’une nuit entière sur son oreiller .
Quel matériel choisir ?
Chez l’adulte, les oreillers de polyester, de latex ou « orthopédiques » sont associés à moins de raideurs, douleurs cervicales, dorsales, de maux de tête. Ils auraient aussi une plus grande durée de vie que les oreillers en mousse régulières ou encore en plume . Ces conseils s’appliquent également chez l’enfant. De plus, la plume est déconseillée en bas âge car elle est allergène et difficile d’entretien. Elle perd de son volume durant la nuit ce qui diminue le support pour le cou et la tête. L’oreiller de sarrasin a le grand avantage de pouvoir être aminci ou augmenté en épaisseur et offre un bon support. Il ne retient pas la chaleur ni l’humidité. Par contre, lui aussi est difficilement lavable. Les oreillers de mousse sont un bon achat, faciles d’entretien, mais ils sont sujet à vieillir plus rapidement car les fibres se compriment avec le temps.
Voilà ! Ne reste plus qu’à trouver le modèle qui convient le mieux à votre enfant et l’entretenir adéquatement, sans oublier de le remplacer pour s’adapter à sa croissance le moment venu .

 

Dre Anne-Michèle Bérubé, chiropraticienne
Membre de l’AQCPP à Cacouna

Références:

[1] International Child Care Practices Study: infant sleeping environment

[1] Shape design of an optimal comfortable pillow based on the analytic hierarchy process method

[1] Your Pillow May Not Guarantee a Good Night’s Sleep or Symptom-Free Waking